Temps de lecture : 2 minutes

Quelques chiffres :

  • Plus de 15 % des citoyens de l’Union Européenne sont en situation de handicap;
  • 80 % des handicaps ne sont pas visibles;
  • Le taux de chômage chez les personnes en situation de handicap est deux fois plus élevé que le taux chômage global.
  • EuCIE représente 3 759 entreprises inclusives réparties dans les quatre pays membres (115 en Belgique, 800 en France, 879 en Allemagne, 1965 en Espagne);
  • Le chiffre d’affaire réalisé par ces entreprises s’élève à près de 4 milliards d’euros (estimations hors subventions);
  • Selon les législations en vigueur, 30 à 80 % des salariés des entreprises inclusives sont en situation de handicap.

Définition

Les entreprises inclusives sont des entreprises du milieu ordinaire ayant un statut particulier. Leur business plan consiste à mettre les performances économiques au service du social. Elles fournissent un emploi, généralement durable, à des personnes en situation de handicap. Ces travailleurs représentent un certain pourcentage des salariés de l’établissement. Ce taux n’est pas défini à l’échelle européenne, il varie selon les cadres juridiques nationaux.

Les travailleurs handicapés sont des salariés de droit commun, ils ont les mêmes droits et obligations que les autres salariés.

Fonctionnement

L’obligation commune aux pays membres de EuCIE est de fournir un cadre adapté et un accompagnement. Pour répondre à cet objectif, la plupart des entreprises inclusives sont multi-activités. En effet, les entreprises sont ainsi plus flexibles et rentables et peuvent réorienter un travailleur sur un autre poste en fonction de ses capacités.

En soutien, les entreprises inclusives reçoivent des subventions ou déduction d’impôts. Toutes les entreprises inclusives membres de EuCIE ont des subventions à l’investissement. En outre, une part du salaire des travailleurs handicapés est assumée par l’Etat (entre 40% et 80% du salaire minimum). Le retour sur investissement indirect est positif pour l’Etat. En effet, les économies faites grâce à l’emploi des travailleurs handicapés (moins de subventions chômage, soulagement des dépenses médicales, etc.) sont globalement supérieures aux dépenses nécessaires au développement des entreprises inclusives.